Ces rêves qu’on piétine – Sébastien Spitzer

J’ai eu la chance de gagner il y a quelques semaines un concours organisé par l’application Moodze : j’ai reçu 12 livres des éditions Livre de Poche. Je ne connaissais pas la plupart des titres que j’ai reçus, l’occasion justement de faire des découvertes.

J’ai commencé par « Ces rêves qu’on piétine » de Sébastien Spitzer. Il a eu le Prix des lecteurs Sélection 2019. Voici son résumé :
 » À la fin du mois d’avril 1945, Berlin est assiégé.
La femme la plus puissante du IIIe Reich se terre avec ses six enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l’Allemagne nazie. L’ambitieuse s’est hissée jusqu’aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu’elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s’enfonce dans l’abîme, avec ses secrets.
Au même moment, parmi les colonnes des survivants de l’enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est la dépositaire d’une tragique mémoire : dans un rouleau, elle tient cachées les lettres d’un père. Richard Friedländer, raflé parmi les premiers Juifs, fut condamné par la folie d’un homme et le silence d’une femme : sa fille.
Elle aurait pu le sauver. Elle s’appelle Magda Goebbels. « 

Le décor est posé. Fin de la seconde guerre mondiale. D’un côté, les survivants des camps et de l’autre, Magda Goebbels, femme de Goebbels et proche d’Hitler. Et on alterne chaque côté à chaque chapitre.

Ce livre est très prenant. Il provoque énormément d’émotions notamment car les faits les plus importants sont réels. Et c’est glaçant. Bien sûr que nous avons tous des « notions » de la seconde guerre mondiale. Des faits appris à l’école, des détails vus dans des documentaires, etc. Mais cela n’enlève pas l’horreur et on en apprend encore davantage dans ce livre.

En plus, les chapitres où nous suivons les survivants sont durs car on sait ce qu’ils ressentent et on sait qu’il ne faut pas s’attacher à ces survivants… Et je me répète mais c’est du réel. Enfin ces personnages-là n’ont pas existé mais les faits se sont passés.

Et ce livre est justement utile pour ne pas oublier. Plus le temps passe et moins il y a de témoins de cette guerre. Il ne faut pas oublier jusqu’où la bêtise humaine et l’intolérance ont pu mener.

Les chapitres concernant Magda Goebbels sont également dérangeants mais de façon différente. Pour ma part, je ne la connaissais pas. Mais je suis contente de n’avoir en commun que le prénom. C’est une personne qui a mal vécu certaines choses de son enfance : le fait que sa mère ne sache pas lire, le fait qu’elle ait des vêtements plus usés que les autres enfants etc. Et qui a voulu tout faire pour « s’en sortir ». Quel qu’en soit le prix.

Elle a eu l’argent par un premier mari. Puis le pouvoir par le second. Je ne savais pas mais elle faisait partie du trio Hitler-Goebbels et elle. Elle a pris des décisions horribles pour des petites vengeances personnelles.

Elle a eu 7 enfants mais seul le premier avait grâce à ses yeux. les 6 autres étaient élevés par des nurses/gouvernantes/… Et d’ailleurs quand on pense à ces 6 enfants, cela fait froid dans le dos et quand on pense au premier, c’est très gênant mais je vous laisse aller au bout du livre pour comprendre pourquoi.

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Sébastien Spitzer et il a écrit un petit chapitre à la fin pour expliquer ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas et pour donner quelques informations en plus.

C’est un livre que je vous conseille fortement. N’oublions pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :