Les Vacances d’Hercule Poirot – Agatha Christie

Le Livre de Poche organise un challenge #JeLisAgathaChristie pour fêter la sortie de leur nouvelle édition des Agatha Christie « pop et acidulée ». C’est vrai que les nouvelles couvertures sont très belles mais étant une fan d’Agatha Christie, j’ai tous ses livres en… deux exemplaires !

Bon ça paraît un peu fou comme ça mais je suis tombée dans la « marmite » Agatha Christie alors que j’étais en 4e. J’en avais entendu parler l’année d’avant par un copain de 5e qui avait lu « Le Crime de l’Orient-Express » par rapport au dénouement et je l’avais alors supplié de me le dévoiler (qu’est-ce que j’ai regretté depuis !!). Nous avions étudié en 4e « Dix petits nègres » en cours de français. Je me rends compte que c’est une vraie chance d’avoir pu découvrir ce livre en classe : non seulement pour moi, ça a été le début d’une passion, mais pour des élèves peut-être moins ouverts à la lecture, cela changeait de certains classiques peut-être plus ennuyeux et moins accessibles.

Après cette découverte, j’ai voulu lire pleins d’Agatha Christie. Mes grands-parents faisaient beaucoup de brocantes et m’en achetaient régulièrement. Ma collection s’est vite agrandie. Plus vite que ce que je pouvais les lire d’ailleurs ! J’ai vite été conquise par Hercule Poirot et ses petites cellules grises. Ses raisonnements si carrés, ses déductions si logiques, cela allait bien avec mon esprit matheux.

Puis j’ai grandi, je continuais à m’acheter beaucoup de livres et à les mettre dans ma bibliothèque qui est devenue au fil du temps une bibliothèque partagée avec mon mari qui a amené autant voire plus de livres que moi ! Et mes Agatha Christie « vintage » (autrement dit très ancienne collection…) n’avaient pas trop leur place… Les livres étaient bien abîmés et donc pas mis en valeur. Nous étions alors chez France Loisirs et ils ont sorti une collection Agatha Christie avec un livre par trimestre regroupant deux histoires d’Agatha Christie. Je n’ai jamais trop compris comment ils ont choisi les deux histoires à mettre ensemble mais toujours est-il que les livres étaient beaux et tous de la même collection ! Ce sont donc ceux-là qui trônent fièrement dans ma grande bibliothèque (ils sont juste en face de moi au moment où j’écris cet article). Et comme mon mari aime à dire en me taquinant « attention, ceux-là il ne faut pas les lire ! » car en effet, si j’ai envie de lire un Agatha Christie, je vais plutôt sortir mes versions vintage plutôt que mes beaux…

D’ailleurs, je m’étais lancée un défi littéraire pendant ma première grossesse en partie alitée : lire l’autobiographie d’Agatha Christie et dès qu’elle mentionnait l’écriture d’un livre, je m’interrompais pour lire ce livre en question (et dans la foulée de la lecture, si c’était un Hercule Poirot, je regardais le film de la série Hercule Poirot avec David Suchet) Très beau projet que je n’ai jamais terminé ! L’autobiographie d’Agatha Christie étant remplie de mystères… Elle ne décrit pas le contexte de l’écriture de chacun de ses livres comme je m’y attendais. Je voulais voir aussi l’influence de la seconde guerre mondiale sur sa vie et son écriture mais rien de particulier à ce niveau-là… J’ai donc continué à lire les titres dans l’ordre avec plus ou moins de motivation (certains livres étant sans les héros habituels…).

Bref, tout ça pour vous dire que je me suis jetée direct dans ce challenge sans pour autant acheter la nouvelle édition du Livre de Poche ! D’ailleurs, ce challenge consiste à lire un Agatha Christie par mois pendant six mois :
Juillet : Les Vacances d’Hercule Poirot
Août : Meurtre en Mésopotamie
Septembre : Le Crime de l’Orient-Express
Octobre : Cinq petits cochons
Novembre : Le Bal de la victoire
Décembre : Meurtre au champagne

Les Vacances d’Hercule Poirot, je le connais par coeur ! Je crois l’avoir lu l’année dernière alors que nous organisions le KAL Crime & tricot avec Alice et Célia. Nous avions même créé un châle qui portait ce nom ! Je me rappelais parfaitement la façon dont étant construite l’histoire, le dénouement etc. Et pourtant cela ne m’a pas empêchée de relire cette histoire avec plaisir. Ca avait même un côté réconfortant !

Voici le résumé de l’histoire (écrite en 1941 !) :
Hercule Poirot aimerait bien passer des vacances tranquilles. Une petite île, un hôtel agréable, une cuisine soignée, des pensionnaires charmants : tout irait pour le mieux si, parmi les estivants, ne rôdait une de ces femmes fatales qui font faire bien des bêtises aux hommes…

Tout d’abord, si vous en doutiez à cause de la date d’écriture, les Agatha Christie sont très accessibles. Elle a écrit 66 romans et 154 nouvelles (ainsi que quelques pièces de théâtre). Ses histoires étaient principalement des enquêtes. Je pense qu’elle a passé plus de temps à établir des enquêtes bien ficelées avec un dénouement étonnant qu’à peaufiner son style d’écriture avec diverses figures de style !

Dans cette histoire, Hercule Poirot part en vacances. Mais des vraies vacances ! Cela étonne les autres clients de l’hôtel qui connaissent bien sûr Hercule Poirot de réputation et qui pensent que s’il est là, c’est qu’il y a crime. Mais non… Enfin pas encore… Car au final, oui il y a crime (sinon il n’y aurait pas d’histoire…) mais Hercule Poirot était présent par hasard.

On découvre au début chaque personnage avec ses caractéristiques. Puis l’un des personnages meurt étranglé : il s’agit d’Arlena Marshall présente à l’hôtel avec son mari et sa belle-fille. Mais Arlena avait flirté avec un autre client de l’hôtel : Patrick Redfern, présent avec son épouse.

Le déroulement de l’enquête est assez classique dans les Agatha Christie : chaque personnage est interrogé. Puis réinterrogé si besoin. Et enfin le dénouement avec toutes les explications d’Hercule Poirot, les fausses pistes qu’il aurait pu suivre, etc. D’ailleurs Hercule Poirot avoue lui-même que tout est dévoilé à la fin :
« — C’est passionnant ! Avez-vous réuni beaucoup de pièces, monsieur Poirot ?
— Pas mal. Tout le monde, dans cet hôtel, m’en a donné. Même vous, chère madame…
— Moi ? dit Mme Gardener, dans un petit cri aigu.
— Mais oui ! Une remarque que vous avez faite m’a beaucoup servi. Je peux dire qu’elle a été pour moi un trait de lumière.
— C’est palpitant ! Continuez, monsieur Poirot, je vous en prie !
— Je regrette, chère madame, mais le reste, je le garde pour le dernier chapitre. »

D’ailleurs les fameuses fausses pistes, nous aussi on a tendance à les suivre ! Et puis on y croit bien, c’est fait pour. Ce qui fait qu’on est d’autant plus étonné par le dénouement. Et côté étonnement dans le dénouement, c’est bien la spécialité d’Agatha Christie. Parce que malgré tout, on se fixe inconsciemment des limites et elle joue avec ces limites. C’est le cas entre autres dans Le Meurtre de Roger Ackroyd (mon préféré !), Le Crime de l’Orient-Express, Dix petits nègres mais aussi dans celui-ci, Les Vacances d’Hercule Poirot !

Et vous, l’avez-vous déjà lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

3 commentaires sur “Les Vacances d’Hercule Poirot – Agatha Christie

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :