De force – Karine Giebel

Ce livre, je l’ai acheté un peu par hasard. Lorsque j’avais été au salon Saint Maur en poche, je faisais le tour et j’étais tombée sur le stand de Karine Giebel vide ce qui était étonnant car j’étais passée plusieurs fois devant et il était archi plein. J’avais déjà lu deux livres de Karine Giebel : « Juste une ombre » et « Jusqu’à ce que la mort nous unisse ». Et je me souviens avoir eu du mal à poser le premier tant qu’il n’était pas fini.

« De force » est un peu pareil : il est difficile de s’enlever l’histoire de la tête. J’avais envie de le lire d’une traite ce qui n’était pas possible même si, au final, je l’ai lu vite pour un livre de plus de 550 pages !

Voici le résumé :
 » Maud Reynier, fille unique d’un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n’a qu’une obsession : finir le travail… tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s’obstine à ne pas vouloir prévenir la police. 
La villa du célèbre médecin, où Maud est enfermée avec ses proches, devient le décor d’un huis clos inquiétant, et les secrets grondent en sourdine. »

Le livre commence par un prologue dans lequel un personnage dont on ne connaît rien, ni son prénom, ni si c’est un homme ou une femme, parle à la première personne. Sa mère vient de mourir mais ce personnage ne ressent rien. Enfin, il ne ressent pas de tristesse. Mais plutôt de la haine…

Et ensuite c’est au tour du premier chapitre où on découvre Maud Reynier qui fait un footing dans une forêt avec son chien et qui se fait agresser. Au final, un passant parvient à empêcher que ça aille trop loin mais l’agresseur cherche à recommencer.

L’histoire est très prenante. Le rythme est très rapide. On a envie de savoir le dénouement, envie de savoir ce qu’il va se passer.

Alors pour ma part, j’ai fait une « bêtise » car j’aime bien savoir le nombre de pages d’un livre que je commence. Et mes yeux se sont malheureusement posés sur deux mots à la fin du livre… Ces deux mots m’ont divulgué une partie du dénouement… Même si j’ai douté au milieu du livre que ce soit le cas mais la fin approchant, j’ai du coup deviné tout le dénouement, le pourquoi et le comment juste à cause de ces deux mots….

Mais cela ne change pas mon avis : j’ai beaucoup aimé les 95% du livre. Il n’y avait que du suspense et pas du tout de violence. Et j’ai beaucoup moins aimé la fin à cause de la violence justement…

Et vous, l’avez-vous lu ?

2 commentaires sur “De force – Karine Giebel

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :