L’été de cristal – La trilogie berlinoise 1 – Philip Kerr

Après « Ces rêves qu’on piétine » de Sébastien Spitzer que j’avais beaucoup aimé, j’ai eu envie de poursuivre des lectures sur la Seconde Guerre Mondiale. Et je me suis souvenue de cette trilogie qui a d’ailleurs de nombreuses suites, qu’un ancien collègue lisait il y a au moins 10 ans. Mais il avait été captivé et je me sentais (enfin !) prête à lire ces histoires.

Voici le résumé de cette première histoire :
 » Vétéran du front turc et ancien policier, Bernie Gunther, trente-huit ans, est devenu détective privé, spécialisé dans la recherche des personnes disparues. Et le travail ne manque pas, à Berlin, durant cet été 1936 où les S.A., à la veille des jeux Olympiques, se chargent de rendre la ville accueillante aux touristes.
C’est cependant une mission un peu particulière que lui propose un puissant industriel, Hermann Six : ce dernier n’a plus à chercher sa fille, assassinée chez elle en même temps que son mari, mais les bijoux qui ont disparu du coffre-fort. 
Bernie se met en chasse. Et cet été-là, l’ordre nouveau qui règne sur l’Allemagne va se révéler à lui, faisant voler en éclats le peu d’illusions qui lui restent…  « 

L’histoire se passe en 1936 avec un nazisme bien présent. Ce n’est pas un roman historique ou pas uniquement. Car le contexte de l’Allemagne à cette période est bien réel. Mais c’est plutôt un roman policier.

J’ai bien aimé justement le contexte. Les enquêtes également. Le personnage principal, Bernie, a un côté attachant. Il fait blasé. C’est très intéressant justement de voir ce personnage qui a du recul sur Hitler, ses lieutenants, etc. Car cela donne aussi d’autres informations historiques.

Cependant, l’inconvénient de ce type de livre avec ce type de personnage est que l’écriture est parfois un peu crue. Alors, ça pourrait être largement pire, il pourrait y avoir de nombreux détails à faire peur, etc. Mais il n’y a pas « de gants ». C’est cru, direct et donc parfois légèrement choquant.

En tous les cas, j’ai beaucoup aimé me plonger dans cette période d’avant guerre. J’ai beaucoup appris. Avec le recul, on a du mal à se dire que l’Allemagne était déjà dans cet état-là avant la Seconde Guerre Mondiale. Il a fallu tout ce temps pour que les pays voisins réagissent. Enfin, on ne refait pas l’histoire… Mais cela fait bizarre car les personnes « disparues » étaient une chose courante. D’ailleurs, le personnage principal va un peu dans un camp de concentration et décrit ce qu’il y voit. Ca fait froid dans le dos surtout que ça a duré de nombreuses années après.

L’histoire, l’enquête en elle-même est bien aussi. Ce n’est pas le style de livre qu’on peut lire à moitié (contrairement aux Agatha Raisin par exemple !!).

Le hasard a fait que je lisais ce livre alors que nous avons fait quelques plages du débarquement. Donc sans être sur exactement la même période historique, il y avait quand même un lien…

Et vous, l’avez-vous lu ?

Un commentaire sur “L’été de cristal – La trilogie berlinoise 1 – Philip Kerr

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :